Selon une étude de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, une activité sportive modérée le soir a un effet positif sur le sommeil.

Une activité sportive modérée le soir ne nuit pas au sommeil, bien au contraire. C’est ce qu’indique une analyse de la littérature effectuée par des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) qui va à l’encontre des recommandations usuelles.

L’équipe de Christina Spengler a épluché 23 études sur le sujet portant sur des activités sportives pratiquées dans les quatre heures avant d’aller se coucher. Conclusion: «Si le sport le soir a un effet sur la qualité du sommeil, c’est un effet plutôt positif», indique Mme Spengler, citée dans un communiqué de l’EPFZ.

Eviter les efforts intensif

Après le sport, les sujets avaient en effet une proportion légèrement accrue de sommeil profond (21,2% contre 19,9%), rapportent les chercheurs dans la revue Sports Medicine. Une différence certes faible, mais jugée significative. Les phases de sommeil profond sont particulièrement importantes pour la récupération, note l’EPFZ.

Les auteurs relèvent une exception: un entraînement intensif ou des compétitions dans l’heure qui précède le coucher peuvent effectivement influencer négativement le sommeil. Le rythme cardiaque est encore trop élevé et les sujets ont alors de la peine à s’endormir. Par entraînement intensif, il faut entendre une activité sportive au cours de laquelle on n’est pas capable de parler, souligne Christina Spengler.

Avancer au besoin l’heure de sport

Les auteurs soulignent que leur étude se base sur des valeurs moyennes et que chacun réagit différemment à la pratique d’un sport. Si l’on constate des problèmes d’endormissement même avec une activité modérée, il s’agit alors d’écouter son corps et d’avancer dans la mesure du possible sa pratique. (ats/nxp)

Source: www.lematin.ch/sante/sport

Commentaires

14 Partages
Partagez14
Tweetez
Partagez